De quoi parle-t-on ?

Parce qu'il est important de savoir ce qui se cache derrière des mots, nous vous proposons ici quelques précisions sur les termes que nous aimons employer. Peut-être en voyez-vous d'autres qui mériteraient d'être expliqués ? Peut-être entendez-vous autre chose derrière ces mots ? N'hésitez pas à nous en faire part en nous envoyant un message !

Agriculture biologique

D'après le Ministère de l'agriculture et de l'alimentation, l'agriculture biologique est un mode de production et de transformation respectueux de l’environnement, du bien-être animal et de la biodiversité. L’agriculture biologique a recours à des pratiques de culture et d’élevage soucieuses du respect des équilibres naturels, et exclut donc l’usage de produits chimiques de synthèse, des OGM et limite les intrants.

Le terme "Agriculture Biologique" (AB) est une certification qui peut être demandée et obtenue par tout acteur de la filière alimentaire (producteur, transformateur, distributeur) à condition de respecter un cahier des charges européen stricte.

Alimentation durable

Le terme « alimentation durable » regroupe « l’ensemble des pratiques alimentaires qui visent à nourrir les êtres humains en qualité et en quantité suffisante, aujourd’hui et demain, dans le respect de l’environnement, en étant accessible économiquement et rémunératrice sur l’ensemble de la chaîne alimentaire. » (ADEME, 2022)

Atelier de Transformation Collectif

Est entendue, sous la dénomination d’ATC, une structure gérée par un collectif d’acteurs de la filière alimentaire qui mutualisent leurs moyens pour disposer des équipements nécessaires à la transformation de leurs produits afin d’en assurer la commercialisation via des circuits alimentaires de proximité (Fiche technique ADESS Ouest Côtes d’Armor, 2020).

Circuit-court

Au sens du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, un circuit court est un mode de commercialisation des produits agricoles qui s’exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte à condition qu’il n’y ait qu’un seul intermédiaire.

Cette notion est précisée par les acteurs de l’ESS. En particulier, le Labo de l’ESS introduit la notion de « circuit court économique et solidaire » et la définit comme une « forme d’échange économique, valorisant le lien social, la coopération, la transparence, et l’équité entre les acteurs de l’échange.

 

A noter que la notion de circuit court ne reflète en rien la notion de proximité géographique, elle désigne plutôt une chaîne de distribution constituée d’un nombre (très) limité d’intermédiaires.

Gaspillage alimentaire

La notion de gaspillage alimentaire désigne « toute nourriture destinée à la consommation humaine qui, à une étape de la chaine alimentaire, est perdue, jetée, dégradée » (ADEME, 2016).

Relocalisation de l'alimentation

Le Groupe de Recherche-Action sur l’Agroécologie Paysanne définit le processus de relocalisation de l’alimentation comme un processus consistant à « organiser un système alimentaire dans son ensemble – englobant la production, la transformation, la distribution et la commercialisation, mais aussi les prises de décision et la consommation – de manière à réduire la distance parcourue par l’alimentation et limiter les coûts inhérents au modèle agroindustriel ».

Ce processus de relocalisation nécessite l’analyse et la prise en compte des besoins du territoire dans la mise en place et le développement des activités sur celui-ci.